Connexion
03.09.2018

Arbitres

Des arbitres suisses en Suède

La préparation pour la nouvelle saison s’est déroulée de manière quelque peu particulière pour trois paires d’arbitres suisses : ils ont en effet eu l’occasion de diriger des matches dans le cadre d’un tournoi de préparation à Växjö (Suède). L’échange d’expériences et l’application des nouvelles règles ont été au centre de leurs préoccupations.

La rencontre annuelle des arbitres d’élite suédois avait lieu le week-end du tournoi de préparation nommé « Sibylla Games » à Växjö. Etant donné qu’ils avaient besoin de soutien à cette occasion, ils ont invité les arbitres suisses Fässler/Schläpfer, Hohler/Koch et Wehinger/Zurbuchen pour y diriger des matches. Outre les 5 équipes de SSL et les 6 équipes d’ALL (deuxième division), une équipe suisse était également présente ; il s’agissait de GC.

Les matches du vendredi ont été les premières rencontres sérieuses de cette préparation de saison pour les trois paires d’arbitres suisses. L’objectif était de retrouver ses repères aussi vite que possible. Après quelques secondes seulement, il était clair qu’il n’y avait pas de place pour les approximations : le rythme était extrêmement élevé car les équipes de SSL effectuaient quasi constamment un pressing particulièrement haut et cherchaient à marquer un but directement après avoir récupéré la balle. La classe individuelle de chaque joueur a rendu le jeu très fluide et a entraîné de nombreuses actions remarquables et acclamées comme il se doit. Dès le début, les arbitres suisses ont non seulement dû s’adapter au jeu suédois, mais ont également été mis à contribution par les joueurs quant à leur maîtrise des nouvelles règles. Il est intéressant de constater que celles-ci n’ont pas encore été assimilées par tous les joueurs et entraîneurs en Suède non plus.

 

La nouvelle règle du bully a reçu un bon accueil – en Suisse aussi ?

On pouvait notamment se demander comment la nouvelle règle du bully allait être appliquée. Selon les affirmations des joueurs et entraîneurs, les arbitres suédois ont déjà été particulièrement sévères sur ce point la saison passée. Les joueurs étaient donc bien au courant. Cependant, dans chaque match, les arbitres ont dû prononcer directement un coup franc à plusieurs reprises, la plupart du temps parce qu’un joueur avait joué la balle trop tôt. Cela dit, ces situations n’ont pas été problématiques. Le coup franc a été signalé et le jeu a ensuite pu reprendre avec un coup de sifflet, une fois que l’équipe fautive se trouvait dans son propre camp. Très souvent, l’exécution du bully a entraîné une situation bloquée, à savoir que la balle était coincée, jusqu’à ce que l’un des deux joueurs parvienne à prendre le dessus ou qu’un troisième arrive et commette une faute. Après les premières expériences, on peut dire en résumé que cette nouvelle règle se révèle être une bonne chose. Reste à savoir si elle sera aussi perçue ainsi en Suisse…

Les penalties n’ont pas davantage suscité la controverse. Les situations étaient en général claires, mais on aurait également pu siffler un penalty dans quelques cas supplémentaires (cf. vidéos). Quant à l’exécution du penalty, elle n’a pas non plus prêté à discussion (apparemment, il n’y a pas encore de nombreux artistes de type « Zorro » en Suède). On peut en outre constater que l’abandon de la «double peine» (penalty + pénalité) a réduit l’appréhension que pouvaient avoir les arbitres à siffler un penalty. De telles décisions devraient donc être à l’avenir plus fréquentes. Pour ce qui est de la nouvelle règle concernant le jeu au sol, il n’y a pas encore eu de cas concrets car la balle a toujours été jouée activement dans de tels cas et la pénalité de deux minutes aurait donc de toute façon été prononcée, même selon l’ancienne règle.

 

Beaucoup d’émotions dans les matches

Cet engagement a été particulièrement profitable aux trois duos d’arbitres suisses. Les réactions des joueurs et des entraîneurs se sont révélées en majorité positives. Les joueurs étaient notamment contents que nos arbitres tolèrent un jeu corporel plus intensif que leurs homologues suédois. Les altercations n’ont toutefois pas été rares ; dans ces cas-là, il était inutile de tenter de s’interposer. La seule solution était d’observer et de prononcer les pénalités qui s’imposaient. Cela dit, les animosités disparaissaient après le coup de sifflet final. Lors des discussions qui ont suivi les matches, les Suédois ont expliqué qu’ils provoquaient volontairement de telles situations pour offrir au public un divertissement comparable au hockey sur glace. Par conséquent, cela n’a dérangé personne que les arbitres aient prononcé au moins une pénalité de cinq minutes presque dans chaque match. Heureusement, de telles scènes ne font pas partie de l’ordinaire en Suisse. Il faut toutefois relever que, contrairement à ce qui se fait en Suisse, il y a en Suède déjà la possibilité de suspendre des joueurs ultérieurement. Il s’agit d’un soutien supplémentaire pour les arbitres, au cas où une grave infraction leur aurait échappé durant le match.

Etant donné que la rencontre des arbitres d’élite suédois est également agendée au même week-end que les Sibylla Games l’année prochaine, quelques arbitres suisses pourront aussi profiter de cet échange la saison prochaine. Les duos qui y étaient présents cette année ont en tout cas eu l’occasion d’en faire la promotion. Durant le peu de temps libre qui leur restait entre les matches (chaque paire a pu arbitrer cinq matches en trois jours), ils ont en outre découvert d’autres sports populaires en Suède. Au programme figuraient notamment un tournoi de padelboard et un tournoi de shuffleboard.

Partenaires principaux et Sponsors

Partenaire principal

La Mobilière

Équipementier

FAT PIPE

Équipementier

Ochsner Sport

Sponsor Or

Concordia

Sponsor Or

Jordi AG

Sponsor Or

Waldis Tresore

Sponsor Argent

Gast AG

Sponsor argent

Opacc

Sponsor Argent

xtendx

Medical Supplier

Dolor-X

Partenaire

Faude & Huegenin

Partenaire médias

unihockey.ch

Membre de

iff

Membre de

swiss olympics

Charity

Floorball4all